La Trans'ULM 2014

 

AccueilQui sommes-nous ?Récits DiaporamasLiens (URL)

 

17 et 18 mai : La Trans'ULM, un week-end exceptionnel

 

Le Comité Régional ULM a eu la très bonne initiative d'organiser la Trans'ULM, traversée des  "Pays de la Loire " . Cette balade sur 2 jours avait pour but de faire découvrir quelques plateformes,  du nord au sud,  et aussi de faire sortir les pilotes de leurs circuits habituels. En fait, la Trans'ULM  partait d'Aron les Ecottays pour rejoindre  Luçon-Les Guifettes.  Chacun avait le choix du début et de la fin de son périple, certains ont réalisé la totalité du programme . La météo a été notre alliée durant tout ce week-end

Nous avons choisi de rejoindre le circuit à La Bazouge de Chemeré. Départ de notre base peu avant 10 heures, la météo est anti-cyclonique, il subsiste un vent de NNE, cela nous ralentit de 15-20 km/h. Durant ce vol, nous bénéficions d'une belle lumière matinale nous permettant d'admirer quelques sites connus dont le  célèbre château de Plessis-Bourré : un monument-joyau avec  plus de 500 ans d'histoire.

A l'arrivée sur La Bazouge de Chemeré, quelques machines sont déjà parquées derrière le hangar.  

La pause pique-nique est l'occasion de découvrir de nouveaux adeptes de la balade et aussi de revoir les équipages bien connus. Il est aussi très sympa de constater que la participation des pendulaires est soutenue ainsi que les  tubes et toiles "vintage" !

Vers 15 heures la troupe d'ultra légers décolle en direction de Châteaubriant-Pouancé, cette fois le vent est favorable, moteur moins sollicité, nous voguons peinards  à 110 km/h  dans la campagne mayennaise, bercés par de douces turbulences.

Verdoyante vallée de la Mayenne

Sur le trajet, nous saisirons une vue du château de Craon (du 18ème ) patrimoine historique appelé aussi "Petit Versailles".

La ville de Pouancé possède un joli patrimoine dominé par un bel aérodrome, LFTQ,  une longue piste en herbe de 600 m.

Sur cette plateforme, il n'y a plus de club avion mais un club dynamique et sympa ainsi qu'une école de formation ULM , ce terrain a de l'avenir !

Cette école (Mach 007) organisait une  fête où quelques avions biplans s'étaient donnés rendez-vous : un spectacle ! Nous assistons à leur décollage et leur salut acrobatique avant de nous préparer pour l'étape suivante : Nantes-Héric .

La plateforme d'Héric est abordée  à son tour, par plus de 20 machines s'intégrant avec beaucoup de vigilance . Comme sur toutes les bases sollicitées aujourd'hui, un comité  nous accueille avec simplicité et chaleur!  Les équipages sont heureux !

Le temps passe vite et il faut songer à atteindre l'objectif de cette fin de journée. Vers 19 heures, nous reprenons l'air pour contourner  Nantes,  sous le plancher de la TMA fixé à 1500pieds, passage de la Loire.

Vue sur le lac de Grand-Lieu que l'on ne peut approcher de plus près à cause de la CTR, d'ailleurs nous verrons un gros porteur en finale pas si loin de nous . Encore quelques km et nous sommes en vue de la plateforme de Claude Ber : La Possardière.

Cette ancienne ferme a été aménagée en base ULM, de nombreuses  machines sont abritées dans les hangars , un chaleureux clubhouse et un gîte de deux chambres (7 places en tout) permettent de recevoir les équipages de passage dans la tradition ULMiste . Nous nous sommes bien restaurés , question qualité, tout est fait "maison" grâce aux talents de Monique Ber.  Et la région est vinicole, ce qui ne gâte rien ! Les discussions animées ont pris fin vers minuit et tout le monde a bien dormi.

Après un bon petit-dèj,  les équipages préparent leur monture pour un courte étape vers Montaigu.

Le vent faible s'est orienté vers l'est, la visi est parfaite. Nous passons du département de la Loire-Atlantique  vers celui de  la Vendée, le paysage bocager a remplacé marais et vignobles du bord de Loire.

Les pistes de St Georges de Montaigu sont larges et longues. On y pratique toutes les activités aéro, du paramoteur à l'hélico, c'est une place forte de l'ULM.

Durant la suite du vol, nous remarquerons la petite ville de Chavagnes en Paillers avec un patrimoine religieux inhabituel, pas moins de 5 édifices  (séminaires ou couvents) transformés en écoles privées ou instituts.

Vers les Herbiers, la base ULM Les Rousselières à Mouchamps  nous accueille: Bruno Guerton le propriétaire veille au bon déroulement des atterros  et Françoise, son épouse, nous offre des breuvages autour d'une brioche vendéenne .

Détente pour certains, Alain et Jean-Yves et concentration pour d'autres, Guy et Elodie  !

L'étape suivante, c'est Breuil-Barret Airport à 32 km, notre port d'attache. Le vent , très modéré, est parfaitement axé pour la 12, Claude s'en réjouit et manage le parcage des machines avec brio!

Finale 12, ma préférée !

Photographiés à notre arrivée par Dominique Cugny

Le clubhouse est vite rempli par les équipages dont un bon nombre découvre cette base pour la première fois. Cécile nous offre rafraichissements et  ses "spécialités" à déguster. La curiosité du moment est dans le hangar, c'est le monoplace Pixel  d'Air création que tous les penduleux connaissent maintenant.

Les parkings de Breuil-Barret sont presque pleins !

Les grandes ailes du Sinus au décollage  (Brive la Gaillarde)

Le Cosmos d'Olivier49 de La Planche (44)

Jean-François de Ploërmel en Skypper , vent du SE bien établi !

La "fusée", Racer de Didier de Coutures

Alain de Laval sur Cosmos

 le Tétras d'Alain de Saumur

Il reste environ 50 km pour rejoindre Luçon les Guifettes où tout le club nous attend pour le barbecue de clôture de ce week-end. Durant le trajet  on ne reste pas insensible à la belle nature que nous survolons, en particulier la plaine du sud Vendée, riche en nuances de vert.

L'approche de Luçon est toujours gaie surtout avec une telle présence de visiteurs...!

Toujours autant de convivialité à Luçon grâce aux sympathiques membres du club et son hyperactif président Guy. Les 35 participants de la Trans'ULM ont apprécié l'ambiance et l'excellent repas préparé.

Ainsi prend fin ce week-end pleinement réussi . Les équipages sont repartis vers le Nord avec un vent chaud et favorable, il ont pu aussi, pour certains, profiter du paysage côtier : la visi est exceptionnelle, nous voyons nettement la Rochelle, la baie de l'Aiguillon etc....    

(ci-dessous :  la Pointe d'Arçay , l'île de Ré et même l'île d'Oléron en 3ème plan)

 Dernier coup d'oeil sur les plages de la Faute sur Mer avant de mettre cap vers nos bases respectives...Et bien sûr, dans la tête de chacun, se profile l'envie de renouer cette petite aventure l'année prochaine ...